In Venus Voluptas, la bien nommée

publié le 20-01-2015

Il y a trois mois, nous avions découvert le monde mystérieux de l'ethnologie grâce à Marie O, blogueuse des Authentiques Tropiques. C'est une nouvelle dimension des sciences humaines, que nous retrouvons aujourd'hui grâce à In Venus Voluptas, blogueuse du blog quasi éponyme et poétesse des Internets. La poésie est une matière qui ne sera jamais assez présente sur la Toile, ce qui permet de noter au passage que les lecteurs et lectrices de Désinformations.com sont gâtés puisque IVV (pour les intimes) est la seconde poétesse interviewée par notre bien-aimé Rédacteur Suprême (la première était Nora Gaspard, souvenez-vous...). Avertissement à nos jeunes lecteurs et autres internautes potentiellement choqués par la poésie : le blog de In Venus Voluptas vous ne visiterez point. Ou alors en cachette.

-18

Pour que nos lecteurs en âge de fréquenter tes blogs et avides de mieux te connaître, peux-tu te présenter en une héroïne de la mythologie (grecque ou autre, selon ton bon plaisir) et une héroïne de la vraie vie ?

Se définir, c'est bien une chose qui me semble délicat... Qui serais-je ? Peut-être une Camille Claudel dévorante passionnée jusqu'à la folie, croisée d'une Hélène sage attendant son Ulysse, ou encore une dame à la licorne, sensuelle pureté, découvrant ses cinq sens, ou une Diane chasseresse, à l'affut... Oui, une Diane.

Quand as-tu commencé à écrire de la poésie ?

Je pense que ça remonte à l'époque médiévale, aux alentours du XIIème siècle. À l'époque j'étais encore une jeune pimbêche aux idées romantiques qui attendait fébrilement son prince charmant. Depuis, j'ai rempli des tas de petits carnets... que je conserve encore aujourd'hui.

Quand a commencé ton aventure poétique sur les Internets ?

Quand je me suis rendue compte que le prince charmant était un mythe !! ;)

En 2005, plus précisément.

Puis en 2008, j'ai ouvert mon Alcôve : un lieu plus libre où je pouvais déverser mon côté "sauvage". Je m'y consacre complètement début 2011.

Tu t'appelais il n'y a encore pas longtemps In Virgo Veritas, et maintenant In Venus Voluptas. Pourquoi ce changement de pseudo ? Qui ou que cherchais-tu à fuir ainsi ?

Il faudrait pour cela revenir sur la genèse de In Virgo Veritas. Elle est sortie en 2008 de la cuisse, non pas de Jupiter, mais de Comme une Image (éminent blogueur lui-même depuis 2006, si je ne m'abuse) suite à un article palpitant, à découvrir sur l'espace de Monsieur CUI. In Venus Voluptas en est le papillon.

Tu as eu deux forts creux de productivité en 2010 (12 billets) et en 2013 (16 billets). Tu as deux alibis solides pour expliquer ça ?

Oui. Je lisais Charlie.

Ton exploration de l'univers poétique sur les Internets t'a-t-elle conduite à faire la connaissance d'autres poètes ? De quoi parlent des blogueurs poètes quand ils se rencontrent ?

Depuis le début de mes aventures bloguesques, j'ai rencontré bien des Poètes et Poétesses. Des rencontres futiles et des fois de belles découvertes au long cours... On y parle souvent de vers et de pommes. Et d'autres fois de mille choses différentes, ce qui fait tout leur intérêt, parce que j'aime la diversité...

Que réponds-tu à ceux qui ne comprennent pas la poésie de ton blog et croient que tu écris sur le sexe ?

Je crois qu'il y a un moment il faudrait que le monde arrête d'être de mauvaise foi.

Tu as aussi un tumblr titré «gourmandinerie» : pourquoi ? Pour quel public ? Pour quelle audience ?

J'en ai quatre à vrai dire (dont Duplicatesse dont nous parlerons après).

Finalement quand j'y pense c'est que j'aime que les choses soient un minimum rangées. On y retrouve donc les cinq sens ;)

Sur Le jardin de l'alcôve : la vue. J'y rassemble tout ce qui est beau, pour le plaisir des yeux et de l'âme.

Sur Gourmandinerie : Le goût. J'y mets tout ce qui a trait à la nourriture, des recettes, des idées de présentation de plats, et même de belles natures mortes à base de fruits, légumes et autres mets...

Sur Le boudoir : le toucher. Si si. Il est question de toucher, de frôlement, d'affrontement des peaux...

Pour l'ouïe, il vous faudra vous rendre sur SoundCloud...

Et par élimination, donc, Duplicatesse, c'est l'odorat : l'odeur de la liberté d'expression artistique !

Tu as lancé dernièrement un tumblr «duplicatesse». Peux-tu expliquer à nos lecteurs avides de connaissance quel est ce concept ? Comment t'est venue l'idée ? Qui peut participer ?

Ah Duplicatesse. Le principe premier à mon sens est de désacraliser l'art. Je trouve dommage que nombre de personne s'interdise de créer à cause d'une société qui bride l'esprit avec des principes et des règles : l'art n'a pas de règles pour moi. C'est tout l'inverse : il permet tout ! Il n'y a qu'à voir tout ce qui traine dans les musées ;)

Peu importe le résultat pourvu qu'on s'amuse et qu'on y prenne du plaisir. La base-line de la vie selon IVV. Tout le monde donc peut participer !

A chaque mois, je propose un nouveau défi à partir d'une photo qui donne le ton : les contributeurs sont appelés à donner leur propre interprétation. A partir du moment où l'élément principal est conservé, chacun apporte comme il veut sa touche perso.

On arrive à une belle mosaïque tous les mois et j'adore ;)

Tu n'ignores pas que la publication de ton interview dans Désinformations.com va t'apporter des millions de visiteurs sur tes blogs. Comment te prépares-tu à ton entrée dans la célébrité deux point zéro mondiale ?

S'il y a bien une chose dont je me fiche c'est de la célébrité. Par contre si les milliers de lecteurs pouvaient m'écrire de temps à autre des commentaires constructifs, je suis partante !

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Depuis je ne regarde plus #ADP de la même manière !

Où souhaites-tu que Maître Roger t'invitât à dîner ?

J'aime les liens chaleureux emprunts de volupté subtile autant que les lieux populaires où l'on peut faire connaissance avec la table d'à côté. J'aime les découvertes gastronomiques, les mélanges multiculturels raffinés, le bon fromage et le saucisson. Je suis amatrice de vins et de bières. J'aime la délicatesse de la table italienne et la soupe à l'oignon. Bref, j'aime la joie de vivre et les bons vivants.

Alors, on va où ?

Et Choderlos de Laclos dans tout ça ?

S'il y a deux livres que je tiens à garder dans ma bibliothèque, ce sont Les liaisons dangereuses de Laclos et Les Contemplations de Victor Hugo.

Finalement ça me définit peut-être encore mieux que les donzelles de la première question ;)

 

#In Venus Voluptas | #IVV | #poésie |

lire son blog : L'alcôve de Vénus

 

le billet d'avant, le 17-01-2015

Lisez Pitch, et le monde sera plus beau

le billet d'après, le 20-01-2015

iWebGirl nous prend dans sa toile

© des informations point comme... | 1999-2017 | à propos des cookies | mentions légales